Les dentinogénèses imparfaites

La dentinogénèse imparfaite est une maladie qui touche pas moins de 1 personne sur 8000. Son origine est génétique et nécessite une prise en charge par un spécialiste en médecine dentaire.



En quoi consiste la dentinogénèse imparfaite ?



La dentinogénèse est une maladie caractérisée par des lésions de l’email de dents où la dentine se forme anormalement. Les dents sont transparentes, de couleur grise ou semblable à de l’ambre. L’émail touché est fragilisé et disparaît progressivement jusqu’à ne plus laisser que la dentine apparente. Des abcès peuvent aussi se former à cause de la fragilisation de la dent. Un dentiste peut diagnostiquer la maladie une fois que les dents sont sorties, néanmoins c’est par radiographie que l’on peut observer que la racine pousse anormalement, ce qui rend possible un diagnostic préalable en cabinet dentaire. Cette maladie concerne autant les dents de lait que les dents définitives. Des infections se forment rapidement qui nécessitent également un traitement en médecine dentaire. 



Comment soigner la dentinogénèse imparfaite ?



L’origine de la dentinogénèse est souvent liée à la présence d’une autre maladie plus globale, comme l’ostéogénèse. La surdité peut aussi être un facteur lié à la maladie. L’objectif du cabinet dentaire est de garantir la plus grande santé des dents et de permettre de préserver les dents autant que possible. Un dentiste peut mettre en place des couronnes pour soutenir la structure de la dent. Un programme spécialisé peut permettre de préserver la longueur de l’arcade et de maintenir la longueur verticale de l’occlusion. En dehors de la prise en charge par un spécialiste dentaire, une prise en charge globale par différents médecins de différentes disciplines est essentielle pour permettre un résultat optimal au traitement.



Conclusion



La dentinogénèse imparfaite touche de nombreux enfants et adultes et nécessite une prise en charge en cabinet et une évaluation globale au niveau médical, en raison du lien de la maladie avec d’autres formes de maladies non-dentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *