À propos de lésions cutanéo-muqueuses : les connaissez-vous ?

Qu’est-ce qu’une lésion cutanéo-muqueuse ?

La muqueuse buccale peut être affectée par diverses maladies cutanéo-muqueuses. Entre autres, voici quelques noms d’infection pouvant provoquer des lésions cutanéo-muqueuses 

: les lésions gingivales érosives, associées aux maladies vésiculobulleuses, telles que le lichen planus, le pemphigoïde cicatriciel et le pemphigus vulgaris ont été collectivement appelées “gingivite desquamative”. Il est toutefois important de rappeler qu’un dentiste peut faire face à d’autres affections cutanéo-muqueuses, moins courantes, qui affectent également la muqueuse buccale, comme le lupus érythémateux, le pemphigoïde bulleux, l’épidermolyse bullosa acquisita ou bien le psoriasis.

Comment détecter une lésion cutanéo-muqueuse ?

Un traitement adéquat repose sur l’établissement d’un diagnostic correct de la part de votre dentiste et l’élimination des facteurs étiologiques potentiels. Bien que les prélèvements de biopsie et les tests du cabinet dentaire soient souvent essentiels à l’établissement d’un diagnostic définitif, l’apparence clinique et les antécédents de la lésion fournissent des renseignements très importants au spécialiste dentaire. Les diagnostics de ces troubles sont en effet principalement fondés sur les antécédents, les caractéristiques cliniques et l’histopathologie du patient. Les lésions cutanéo-muqueuses buccales causent des problèmes de diagnostic, car ces lésions se ressemblent, et les biopsies de routine des tissus ne peuvent offrir au spécialiste dentaire qu’un diagnostic d’inflammation non spécifique.

Au cours des dernières années, la technique d’immunofluorescence apparaît comme un outil important pour la détection de la pathogenèse et le diagnostic des lésions cutanéo-muqueuses buccales (et des troubles vésiculobulleux). Deux types de techniques d’immunofluorescence couramment utilisées, par tout cabinet dentaire un tant soit peu moderne, sont l’immunofluorescence directe et l’immunofluorescence indirecte.

La détection des substances immunoréactives par les techniques d’immunofluorescence aide au diagnostic de nombreuses maladies de la peau et des muqueuses. La présence de motifs fluorescents caractéristiques peut certainement établir le diagnostic du pemphigus et de pemphigoïdes et indiquer fortement la probabilité de lichen planus et de lupus érythémateux. L’absence de ces motifs fluorescents exclut ces conditions, renforçant ainsi le diagnostic d’autres maladies des muqueuses buccales. Les résultats des techniques d’immunofluorescence sont suffisamment utiles pour le diagnostic des maladies ulcéreuses chroniques de la muqueuse buccale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *